FRANCE LECTURE ésotérisme spiritualité voyance
FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil

 

 

 

       Témoignages 9
  
         

 
   

Vous désirez écrire votre témoignage? Cliquez ici

 

Pages

1
2 3 4 5
6 7 8 9


Page suivante

Maria Linda - 97 - FRANCE  

 

  Nouveau regard sur la médiumnité  

 

 


Médium depuis mon enfance, j'expérimente divers champs de cette capacité. Au fil du temps, je découvre combien cet Art de vivre est vaste et surprenant. "J'entends" avec mes oreilles physiques et mes premiers contacts par clairaudience remontent à mon enfance. Enfant, j'attire à moi d'autres enfants "partis" plusieurs siècles plus tôt. Ils parviennent à prendre possession de certaines parties de mon corps pour pouvoir goûter à nouveau quelques rares instants de bonheur terrestre.

J'expérimente ma médiumnité de façon spontanée, sans avoir aucun contrôle lorsque ces manifestations se présentent à moi. Outre le fait de les entendre, je peux voir les esprits dans de rares cas, mais aussi communiquer en permanence avec eux au travers de cartes ordinaires.

La violence des manifestations vécues dans mon enfance témoigne du fait que les défunts, pour se faire comprendre, puisent dans mon champ de force et provoquent ainsi des phénomènes physiques. Ma sensibilité me permet aussi de revivre les douleurs, les maladies des défunts qui ne laissent aucun doute sur leur identification. Certains parviennent à se faire comprendre de façon directe, tout dépend de l'affinité existante entre les défunts et moi. Ils peuvent s'exprimer comme bon leur semble en fonction aussi de leurs possibilités.

Outre l'expérience de mort imminente vécue dans ma jeunesse, j'ai fait des expériences étranges et violentes d'incorporation. J'expérimente également l'écriture automatique. Les messages, visions et grâces que je reçois de la vie touchent toutes sortes de domaines, étant convaincue de l'importance de la foi dans l'éveil intérieur.

La vie faisant son cours, j'ai été amenée à rencontrer des victimes, mais aussi des disparus en quête d'aide. Profondément croyante, je suis très sensible à la détresse humaine et je m'efforce de guider ceux qui viennent à moi pour une meilleure compréhension de leur cheminement spirituel. Mère de famille, je défends la cause des enfants maltraités...


Auteur de son premier ouvrage,
Pourquoi moi? aux Editions de Saint-Amans, Maria Linda nous retrace son parcours atypique. Un livre où chacun peut se reconnaître lorsqu'il est témoin d'expériences insolites mais aussi un message d'amour et d'espoir pour ceux qui ont perdu des êtres chers. Surprenante par sa simplicité, elle nous laisse stupéfaits par la diversité de ses expériences dans différents aspects de cette médiumnité... Enfin, elle nous apporte un nouveau regard sur cette vocation.

 

 

   

 
  Jean-Marie SALICIS - 96 - FRANCE  
  "Grâce"  
 


Souhaitant faire profiter de mon expérience celles et ceux qui perçoivent des phénomènes paranormaux, comme moi, je voudrais d'abord les tranquilliser quant aux risques de "paralysie" et autres sensations effectivement désagréables qui peuvent survenir lors d'une relaxation et/ou méditation car, hors drogues, le seul risque (y compris en "voyage-astral" est de s'endormir ! Et c'est même le conseil que je veux transmettre à ceux qui ressentent des effets indésirables : s'endormir sereinement et tout sera rentré dans l'ordre au réveil...

Pour mon présent témoignage, j'atteste avoir vu le portrait de Grâce (la Vierge-Marie) il y a maintenant 20 années, en un très joli visage de femme d'environ 30 ans sous forme d' une sorte de photo en 3D projetée dans l'espace (façon laser et grandeur nature) à 3 mètres de moi environ lors d'une relaxation dans mon salon à Paris (à l'époque). La Dame rousse aux yeux bleus s'est présentée : "Grâce" dans un regard de compassion durant 10 secondes environ ! Actuellement en préretraite, j'ai pu peindre cette vision, mais le tableau est loin de la beauté perçue alors...


Peinture acrylique sur bois 50 X70

 
   
 
    Janine B  - 95 - FRANCE  
    Une forme noire devant moi  
   
Un matin de l’année 2000, j’étais allongée sur le ventre et j’ai ressenti une douleur qui est descendue de la tête jusqu’aux pieds. Ça me serrait et je ne pouvais plus bouger, mais je voyais au-dessus de moi une forme noire, la main tendue, et j’avais très mal. Mon mari montait les escaliers pour venir à la chambre en faisant du bruit avec ses pieds et la forme est partie, ainsi que la douleur. On aurait dit que je me dégonflais. Quelques mois plus tard, toujours dans mon lit, et à la même heure que la première fois, j’ai ressenti une douleur, mais moins violente et je ne pouvais plus bouger. J’ai vu à côté de mon lit une forme qui me regardait, mais je n’avais pas peur, alors que la première fois j avais ressenti la mort. La troisième fois que ça c’est produit, quelque temps plus tard, toujours avec une douleur et avec l’impossibilité de bouger, la forme était au pied de mon lit, même heure et toujours mon mari qui la faisait partir en montant les escaliers. En 2001, Mon mari est décédé d’un accident de travail. Plus tard, j’ai pensé que c’était un avertissement, que c'était pour me prévenir. Depuis, j’ai vu mon mari deux fois. La première fois, il était mal. La seconde fois, il était bien, mais toujours muet. Depuis, il m’arrive souvent la même chose, c’est-à-dire une douleur, puis je ne peux plus bouger. J’essaie de crier, mais je ne peux pas et ensuite ça passe. C’est toujours la nuit ou sur le matin. Certaines fois, je ressens de la peur, et d’autres fois non...
 
 
   
 
    Béatrice A  - 94 - FRANCE  
    Phénomènes étranges...  

 

 

 
Ma mère est décédée au mois de juillet 2008. Nous étions complices depuis toujours et nous nous aimions si fort que cette séparation fût très difficile à supporter. Aujourd’hui, elle me manque énormément et pense sans cesse à elle. Quelques mois avant de mourir, elle m’avait dit qu’elle serait toujours près de moi. Depuis, elle est souvent dans mes rêves comme pour me rappeler sa promesse et chez moi à plusieurs reprises, j’ai eu l’impression de sentir son parfum et j'ai constaté des choses étranges qui se produisaient depuis son décès, comme le rideau de ma chambre retrouvé ouvert à deux reprises, les portes du meuble à chaussures retrouvées ouvertes elles aussi au matin, Il y a quelques jours, la prise de l’ordinateur se débranchant seule sous mes yeux et ceux de mon mari, des livres tombant seuls de la bibliothèque... Toutes ces manifestations ne s'étaient jamais produites auparavant.
 
 
 
 
  Charlotte André  - 93 - BELGIQUE  
  Jusqu'au jour où, de l'Au-delà  
 
Je n’ai pas eu l’occasion de faire des Etudes Universitaires ou équivalentes, malgré mes capacités… Mais c’est précisément grâce au fait que je n'ai pas dû donner mon énergie à des études et à une carrière uni-directionnelles que j'ai finalement eu une vie "hors du commun."

J'ai eu des petits messages médiumniques quand j'étais jeune et même des grands beaucoup plus tard. Mais je les rejetais aussitôt car cette "intrusion" dépassait mon entendement! En fait, recevoir des messages de cette façon était incompatible avec les "idées reçues" de mon éducation... Jusqu'à ce que le destin, qui concocte tout à notre insu, ait annihilé mes possibilités de penser et m'ait ensuite forcée à ma rendre compte de leur authenticité!

Après des déboires et frustrations inimaginables, qui ont fait la trame de mon existence, il m'était devenu impossible, à 40 ans (j'en ai 69!), de pouvoir encore vivre après la mort de mon 5ième enfant!
Le néant total, le coma... jusqu'à ce qu'intervienne l'incroyable, l'inconcevable, l'inouï: j'étais guidée par l'au-delà, avec une merveilleuse logique, par ma mère, décédée 16 ans plus tôt!
Celle-ci vivait donc toujours... parce que nous ne mourrons pas après notre mort physique!

Elle m'a donné, après une succession de "hasards qui n'en sont pas", ses coordonnées de naissance et de mort, sorties au LOTTO belge (après tout un parcours, je le répète, d'une logique incroyable!), ...3 jours après que je sois allée sur sa tombe pour la remercier parce qu'elle m'aidait!
Maman m'a donné, entre autres, des messages de: "remerciements pour non acharnement thérapeutique" "prédestination" etc., par addition mathématique simple.
Tout cela est démontré, dans mon témoignage autobiographique, à travers les tenants et aboutissants de toute ma vie, preuves à l'appui.

C'est par le biais d'un Amour infini pour mon mari (décédé en 2002) et mes enfants que, grâce à l'"Au-delà", j'ai fini par accéder à la spiritualité et par comprendre les lois d'amour infini qui régissent le monde et conduisent l'Amour du prochain. Un besoin inné de dire la vérité, faire abstraction du "qu'en dira-t-on", mettre mon orgueil aux oubliettes et beaucoup d'obstination ont été indispensables pour faire connaître les phénomènes extraordinaires que j'ai vécus et les messages que j'ai reçus, dont je fais part avec toute l’humilité ressentie devant pareilles manifestations!

J'ai dû avoir beaucoup de courage car je devais replonger sans cesse dans mon passé fort éprouvant. Mais il m'était inconcevable d'avoir eu le privilège de recevoir ces messages, valables pour tout un chacun, et de ne pas les transmettre ! Puisse mon livre aplanir la voie et donner de l'énergie à tous ceux qui ont perdu un être très cher, à ceux qui connaissent la désespérance et la solitude intérieure, à ceux qui doutent et n'en sortent pas avec eux-mêmes!

Pour sauvegarder l'anonymat des personnes qui, d'une façon ou d'une autre, ont contribué à mon destin, j'ai bien évidemment changé leurs noms et dû prendre un pseudonyme... J'ajouterai que, aujourd'hui, je vais merveilleusement bien,...alors que si je n'avais pas eu la grâce de la guidance exceptionnelle que j'ai reçue de l'Au-delà..., il y a 28 ans que la grand-mère de 69 ans que je suis, ne serait plus là.

Pour acheter ce livre en ligne
cliquez ci-dessous.
Jusqu'au jour où, de l'Au-delà...













 

 
   
 
    Salmon M - 92 - FRANCE  
    Ma cousine m'apparaît  

Pages

1
2 3 4 5
6 7 8 9

 
Il y a plusieurs années de cela, mes parents, mon oncle et ma tante sont partis ensemble en vacances. Je suis restée avec mon fiancé veillant ainsi sur la maison.

Un jour que nous nous tenions près de la cheminée, dans le salon, une fenêtre s'est brusquement ouverte, un vase s'est brisé et la minuterie du four dans la cuisine s'est mise en marche. En flash, m'est alors apparue ma cousine décédée 8 ans plus tôt, à l'âge de 11 ans.

Je n'ai pas été effrayée, juste persuadée qu'elle m'envoyait un message. Le lendemain ma cousine ( sa soeur jumelle ) qui elle aussi était restée seule chez elle, a été transportée d'urgence à l'hôpital, où a été diagnostiquée une leucémie foudroyante.

Je n'ai plus eu de flashs depuis, mais des rêves prémonitoires, et la faculté de sentir quand un événement se prépare.

Et je suis de plus en plus attirée par tout ce qui touche aux anges gardiens, je suis persuadée, que le mien veille...........
 

 
   
 
    Kelly R - 91 - FRANCE  

 

  Une femme noire habillée en bonne  
 
Je vais vous raconter une histoire qui m'est arrivée alors que j'avais six ans environ... J'habitais alors dans un petit village et une autoroute venait d'être construite près de ma maison. Comme d'habitude, je jouais seule dehors. Le soleil commençait à se coucher sur le bord de l'autoroute quand sortie de nulle part une femme noire habillée en bonne longea le bord de la route... un plumeau dans la main! Elle baignait dans la lumière et semblait sereine... Je l'ai fixée quelques secondes et elle a disparut lentement dans le sillage goudronné. Aussi inexplicable que cela puisse paraître je me suis sentie apaisée et très calme. L'idée d'en parler à un adulte ne m'est pas venue à l'esprit. Je pense que c'était un ange. Voilà mon histoire. Ceci est un témoignage sincère et réel.
 
 
   
 
    Robert N - 90 - CANADA  

 

  Ma mère se manifeste  
 
Cet exemple concerne ma mère. Entrée d’urgence à l’hôpital pour un cancer du pancréas depuis 3 semaines, elle était devenue toute jaune et les infirmières l’appelaient le petit canari ! Et elle quand elle ne voyait pas ses deux garçons, elle demandait: « Où sont mes deux moineaux » ?

Le jour de son décès, en arrivant à la maison, je descends de l’auto pour ouvrir la valise arrière et soudain devant mes yeux je vois deux petites plumes d’oiseaux de même couleur rattachées ensemble et formant un V. Pour moi, cela signifiait qu’elle signalait sa présence car ces deux plumes voulaient dire mes deux moineaux (= mes deux garçons)…

Le lendemain, je rends visite à sa meilleure amie dans un centre de personnes âgées. Cette personne demeurait au 6ième étage. Elle me fait remarquer qu’il y a un petit oiseau sur une brique qui regarde à l’intérieur de l’appartement et qui n’arrête pas de piailler. Comme nous le regardions tous les deux, il décide de partir…
 

 
 
 
  Gaby - 89 - FRANCE  
  Une force maléfique  
 
Depuis petite fille aux Antilles, une force que je sais maléfique me terrasse dans mon sommeil, la nuit en général. A ce moment là, il me semble que je ne suis pas tout à fait endormie (mystère !).

Je sens cette force qui m'empêche de bouger, alors la peur m'exhorte à sortir de mon lit le plus vite possible mais je suis comme immobilisée.
Parfois mes yeux sont ouverts et je scrute la chambre, espérant que, suivant le cas, les personnes (amie, mère, cousine ou compagnon) pourraient deviner ma détresse et me sortir de là. Devant mes yeux ou dans ma tête défilent des images horribles dont le souvenir est plus ou moins précis. J'ai l'impression de rester longtemps à me battre pour me réveiller, me dégager, ou me lever. Cette force occupe tout mon corps, je ne cesse de lutter alors que je sens que de toute façon je suis totalement immobilisée. Alors, je prie et ne cesse de prier. Souvent les gens m'entendent crier (quand j'arrive à sortir un mot) "va-t'en satan !"

Sous certains aspects (les images effrayantes, faire une croix avec mes doigts) j'ai l'impression d'être dans un rêve, pour d'autres (ne pas pouvoir me lever, prier sans cesse, lutter physiquement (je suis en sueur, je scrute la chambre, j’essaye de crier) je suis sûre d'être dans la réalité.

Cela m'arrive environ 2 ou 3 fois par an depuis que je vis en France (20 ans et j'en ai 39 aujourd'hui). Hormis ma mère, qui le savait, j'en ai parlé une fois à un frère qui m'a dit que cela lui arrivait aussi. Bien qu'originaire des Antilles, je refuse la thèse qui est de systématiquement expliquer et résoudre les choses par l'irrationnel comme c'est encore le cas chez une partie de mes proches. Je me suis détachée de toute religion, je ne prie que très rarement (à ma manière) et je refuse d'avoir recours à des médiums. Je cherche d'abord une explication rationnelle aux événements et cela ne m'empêche pas de croire en Dieu, de constater qu'Il est sans cesse présent dans ma vie et de croire aussi qu'il existe autour de nous des choses inexplicables car je crois aux esprits.

Je cherche aujourd'hui seulement une explication à ce qui m'arrive parce que hier soir c'est encore arrivé. Je suis insomniaque depuis des années, je n'ai jamais envie de dormir avant 3, 4, ou 5 heures du matin, et même quand j'ai sommeil, je refuse inconsciemment d'aller au lit, je somnole devant mon ordinateur, je tourne dans la maison à chercher à faire quelque chose. Je vais au lit par la nécessité d'avoir un minimum de sommeil pour aller au travail, j'ai besoin de 3 ou 4 heures de sommeil pour être en forme le lendemain mais je peux rester plus de 48 heures sans dormir.

Hier soir, ça a commencé alors que je venais tout juste de me coucher (passé 4 heures), j'ai l'impression d'être restée des heures à me battre. J'ai voulu appeler ma mère mais je n'y arrivais pas, quand j'y suis parvenue, elle m'a secoué, je me suis assise, j'ai ouvert les yeux, mais je savais que j'était encore possédée. Elle est très vite repartie et je me suis recouchée et de suite cette force qui ne m'avait pas encore quittée a continué de me terrasser et de me faire voir des images encore plus horribles (j'en ai des souvenirs vagues). Cette fois-ci, et c'est la première fois, mon coeur a commencé à battre de plus en plus fort. J'ai senti que mon coeur allait lâcher et cela m'a poussé à crier à l'aide. Je n'ai pas pu crier mais j'ai poussé des gémissements aussi fort que je pouvais. Ma mère est venue, j'étais réveillée mais possédée. J'ai demandé à ce qu'on me sorte du lit et ce fût seulement par terre que j'en fus débarrassée, faible, pleurant comme un bébé, malgré ma forte nature.
 

 
 
 
  Jean-François R - 88 - FRANCE  
  Le paradis des animaux  
 
Il y a presque un an, j'ai été obligé d’emmener mon chien chez le vétérinaire pour abréger ses souffrances, d'autant plus qu'un très long voyage en avion de 11 heures nous attendait un mois plus tard ! Le vétérinaire, très psychologue, m'affirma que par rapport à sa malformation cardiaque il ne supporterait pas ce voyage. Placé devant le fait accompli, j'ai donc emmené mon chien à son cabinet. Il s'est légèrement débattu quand la première piqûre l'a endormi et je le tenais dans mes bras, l'horreur... puis la seconde injection pour lui faire arrêter le coeur... cauchemar... Pudiquement, le vétérinaire m'a laissé quelques minutes avec mon amour de chien. Etant 2ème degré de reiki, j'ai aidé son âme à quitter son corps et à monter et j'ai récité des "Notre Père" et "Je Vous salue Marie". J'ai ensuite quitté le cabinet, je ne vous dis pas dans quel état. De retour à la maison, j'ai allumé une bougie blanche dans son panier que mon chien adorait tant et j'ai fait également des symboles reiki dessus. Où voulais-je en venir ? Voilà. On m'a permis de l'accompagner dans son voyage, jusqu'aux frontières qu'on m'a autorisées de voir.

Mon chien s'est retrouvé à trottiner sur un petit sentier de cailloux clairs qui montait légèrement. Il aimait tant gambader comme çà, du temps de sa vigueur ! Et puis on est arrivés à une sorte de clôture faite de palissade en bois, toute jolie avec de larges espaces entre les planches. Il est entré, pas moi, je suis resté planté là, devant. Il a fait un petit besoin sur le sentier, et d'un seul coup a déboulé une horde joyeuse des chiens de toutes tailles qui jappaient et courraient tous, c'était beau ! Evidemment, mon braillard a foncé avec eux faire un tour, le connaissant... puis un moment après, il est revenu vers moi, mais plus moyen de passer au travers de la palissade. Il a pointé son museau au travers, moi, je me suis doucement éloigné ! Déçu, mentalement, il m'a transmis des images de son panier et de ce qu'il aimait faire avec moi. Visiblement, il ne comprenait pas où il était ! Avec regret il est remonté sur le chemin, tout en urinant sur les côtés et en regardant en arrière. Dans la journée, les images et sa demande de revenir sur terre se firent plus pressantes, j'en parlai à mon épouse qui est également médium, puis je le revis, à côté d'une sorte de belle fée ou dame ou ange, je ne sais pas trop. Il lui parlait et lui posait des questions en mettant ses pattes sur ses genoux et elle, elle lui a répondu très tendrement avec une immense tendresse, elle lui a expliqué où il était et moi où j'étais encore ! Il comprenait tout, puis a regardé encore vers moi et s'est en allé doucement en trottinant... Vous ne pouvez pas savoir comme c'est beau là-haut... Mais en ce moment, çà me turlupine, c'est pour çà que j'en parle, je sens encore son poil sous mes doigts et plein d'images d'amour avec lui. Si vous avez perdu un animal cher, écrivez-moi, j'essaierai de me connecter simplement pour vous aider ! Ma démarche est totalement gratuite, je vous l'écris sincèrement !

jeanfrancoisroblin(arobase)gmail.com
 

 
 
 
  Emmatina P - 87 - FRANCE  
  La lettre X  
 
Ma nièce étant venue chez nous avec son mari un dimanche après-midi, en parlant, elle nous a dit savoir faire parler les esprits en faisant tourner les verres. Nous avons donc décidé tous les 4 avec mon mari, non neveu ma nièce et moi, de tenter de parler avec l'au-delà. Nous avons installé en cercle les lettres de l'alphabet ainsi que les chiffres de 0 à 9 et nous avons commencé. Au bout d' un quart d'heure rien ne s'était passé. Mon mari a décidé d'aller fumer une cigarette sur le balcon, et là le verre s'est mis à parler.

Tout d'abord il a jeté parterre la lettre x, nous l'avons remise et il l'a à nouveau jetée, et plusieurs fois nous avons enlevé cette lettre, mais je ne sais toujours pas ce que cela signifie. Ensuite il nous a donné la date de sa mort en 1484 et il a parlé, mais les mots qu'ils disaient ne voulaient rien dire, nous avons donc tout noté sur un papier.

Le lendemain ma nièce m'a téléphoné me disant qu'elle avait regardé dans le dictionnaire et le nom que nous ne comprenions pas était une ville en Russie où en 1484 il y avait eu un terrible tremblement de terre faisant des centaines de morts. Depuis, plus jamais nous n'avons retenté cette expérience car quand je pense que nous pouvons communiquer avec des personnes décédées, ça me fait peur maintenant.

Si quelqu'un sait pourquoi il a jeté la lettre x merci de me le dire car je me pose toujours la question. (écrire à francelecture, nous transmettrons)
 

 
   
 

 

  Sandra R - 86 - FRANCE  
  Les cris d'une femme  
 
C’était il y a 3 ans. Nous étions en vacances au Portugal où mes parents ont une maison.
J'étais sur ma terrasse en train de ranger les jouets de ma fille. Mon compagnon n'était pas très loin, il se promenait dans les champs à côté de la maison.

J'étais perdue dans mes pensées, quand j'ai reçu sur la joue une énorme claque venue de nulle part! Au début je croyais que je venais de me faire piquer par un insecte, ou quelque chose du genre, mais non, j'avais vraiment reçu une claque qui m’avait bien chauffé la joue. J'ai même entendu le « clac »: c’était un grand bruit de claquage. Quand mon compagnon est revenu à côté de moi je lui ai demandé si je n'avais pas de trace rouge sur la joue. Je n'avais rien, mais en tout cas, j'avais encore mal au moment où je lui posais la question.

De plus, cette année là, autre chose nous est arrivé. Nous étions au bord d'une rivière. Il devait être 3h du matin. On ramassait des écrevisses et on rigolait. Mon compagnon était dans l'eau pas très loin du bord, et moi j'étais sur le rivage avec ma canne à pêche. Je précise que les rivières de mon village font au moins 500 mètres en largeur et qu'elles sont aussi profondes que la mer. Bref, mon compagnon était en train de me parler quand nous avons entendu un terrible cri. C’était un cri de femme qui ressemblait à une lamentation, et là mon compagnon me dit en riant qu'on dirait une femme en train de se faire violer! Nous pensâmes qu'il y avait quelqu'un de l'autre côté de la rivière, mais il n'y avait pas de lumières, rien que le noir total, et bien sûr connaissant le coin, je savais qu'il n'y avait pas d'habitation de l'autre coté. Un quart d'heure plus tard, le même cri recommence, mais en plus fort, et plus longtemps ! Du coup, je m’inquiète vraiment. Il devait bien y avoir quelqu'un qui avait des problèmes pour crier comme ça! Puis ça s'est à nouveau arrêté. Mon compagnon est sorti de l'eau, et encore pour rire, je lui ai dit que ma mère me racontait souvent que les sorcières se retrouvaient dans les bois entre elles ! Question de lui faire un peu peur! Je n'avais pas fini ma phrase, que deux secondes plus tard, des cris de femmes venaient de tous les coins de la rivière, des cris horribles et des rires atroces, comme s'il y avait des femmes qui se faisaient torturer par d'autres qui rigolaient sadiquement! Du coup, on a prit vraiment peur et on est montés dans la voiture qui en plus ne voulait plus démarrer, bonjour la trouille! En plus les cris se rapprochaient de nous, comme s'ils traversaient la rivière! Quand la voiture se mit enfin en marche je n'avais plus qu'une envie: sortir au plus vite de cet endroit!

Je ne sais pas ce que c'était, mais je n'ai plus jamais entendu des cris et des rires pareils, même pas dans les pires films d'horreur. En plus, je suis persuadée qu'il n'y avait personne de l'autre côté! Je sais que ces voix ne venaient pas de cette terre, j'en suis sûre. Alors si quelqu'un a vécu la même chose n'hésitez pas à témoigner car j'aimerais bien savoir ce qui m'est arrivé avec cette claque et ces voix.

 

 
   
 
       

 

  Annie B - 85 - FRANCE  
  Le maître Aïvanhov  
 
Ce jour-là, dans la matinée, j’avais visité des sites parlant du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov et cela m’avait fait réfléchir sur ce Maître. J’avais aussi vu des photos de lui lorsqu’il était jeune mais sans vraiment m’y attarder. J’avais mis des commentaires sur des blogs et sur des forums le concernant pour dire combien l’enseignement de ce Maître était grand et encore vivant aujourd’hui à travers son successeur Olivier Manitara.

Et voilà le rêve que j’ai fait dans la nuit :

Je me trouvais dans une grande salle où il y avait beaucoup de monde. L’ambiance était confuse. Il y avait une grande table avec des gens autour mais je ne les voyais pas vraiment.

Celui qui m’a attiré était assis près de la table et sa chaise était tournée vers l’extérieur de la table. Dès que je l’ai vu, je suis allée vers lui, il me souriait. Je l’ai reconnu, c’était le Maître Aïvanhov lorsqu’il était jeune, qu’il avait environ 35 ans, sans barbe. Il était bien habillé, en costume comme à son époque. J’ai vu ses cheveux très bruns, brillants et épais. Son visage était rayonnant de lumière, il était d’une grande beauté, c’était comme un soleil.

De son visage émanait la bonté, la joie, la noblesse, la dignité. Je reconnaissais le Maître par les traits de son visage mais la beauté ne venait pas de son visage physique, elle venait de tout ce qui émanait de lui. Tout autour de lui, j’entendais des rires et des sarcasmes : ils se moquaient de lui. Ils n’avaient pas conscience de qui était cet homme, ils ne le respectaient pas.

Quand je me suis réveillée, j’étais surprise d’avoir rencontré ce Maître dans mon rêve et j’étais aussi mal à l’aise parce que j’avais perçu tout autour de lui une ambiance malsaine.

J’ai même eu peur de m’être moquée de lui, moi aussi. J’ai beaucoup réfléchi sur ce rêve et je pense qu’il est déterminant pour ma vie. J’aime infiniment le Maître et je n’ai jamais vu quelqu’un de si beau sur la terre, sauf Olivier Manitara. Pour moi, il n’y a qu’un Maître qui peut émaner une si grande beauté par tout ce qui émane de lui comme vertus.

Il faut respecter les Maîtres car ils sont le Soleil de la Terre.

 

 
 
 
  Emmatina P - 84 - FRANCE  
  Une lumière s'éteint  
 
Lorsque mon grand-père est décédé, j' avais à peine 5 ans et je l'adorais.

Quelques années plus tard, je devais avoir 12 ans, je me retrouvai dans la chambre de mes parents, et comme à l'accoutumée, je me mis à discuter (à sens unique) avec lui et je lui ai dit:

- Pépé, si tu es là éteins la lumière...

Et la lumière s'éteignit immédiatement !

Je ne sais pas si c'était un hasard, mais j'ai eu très peur, et je n'ai plus jamais osé lui demander de prouver qu'il était toujours près de moi!

J'ai maintenant presque 50 ans et souvent je repense à cela.

 

 
 
 
  Estelle M - 83 - FRANCE  
  Présences et phénomènes  
 
Depuis le décès de mon grand-père alors que je venais juste d'avoir 10 ans, je ressens les esprits, parfois même je peux les voir. J'en ai toujours eu très peur, surtout lorsqu'il s'agissait d'esprits mauvais. J'ai été épileptique pendant 2 ans et lors de crises très violentes, alors que j'étais inconsciente, je voyais l'ange de la mort. Lorsque j'en parlais à mon réveil au père de mon fils, il me disait que dans ma crise je lui disais qu'il y avait une femme à côté de moi et que cet ange disparaissait au moment où la crise s'arrêtait. Un ami m'a un jour expliqué que c'était l'ange de la mort, parce qu'au début je ne savais expliquer cette présence.

L'été 2005 j'ai trouvé un travail, et dans la réserve je ressentais une présence très forte qui là aussi me faisait peur, alors j'ai décidé de faire des recherches sur Internet pour comprendre ce qui se passait exactement. J'avais surtout très peur de la présence que je ressentais à mon travail. Des personnes m'ont expliqué qu'il fallait que je lui demande de me laisser tranquille, ce que j'ai fait, et petit à petit la présence s'est faite moins forte et certains jours je ne la sentais pas. J'ai continué mes recherches pour essayer de comprendre la raison de tous ces phénomènes. Il y a un peu plus d’un an, après être rentrée dans l'entreprise, j'ai eu des soucis avec des collègues, et bizarrement la présence lorsque - je me sentais vraiment très mal - se manifestait, mais d'une autre manière, si bien que sur la fin j'allais le plus souvent possible dans cette réserve qui était le seul endroit où mes collègues ne me suivaient pas et dans lequel je me sentais en sécurité. C'est alors que j'ai compris qu'en fait la présence qui me faisait terriblement peur avait tout simplement essayé de me faire comprendre que j'allais avoir des problèmes assez graves. Depuis je suis en arrêt de travail pour harcèlement moral.

Mais les phénomènes continuent chez moi, alors là c'est assez spécial. Une fois, alors que je m'apprêtais à sortir ma chienne, et qu'en parlant toute seule je me demandais si j'allais couper la chaîne hi-fi, le son de celle-ci s'est baissé tout seul ! J'ai regardé ma chaîne, et toujours en parlant seule et en m'adressant à ma chaîne, en lui disant de se calmer, cette fois ci elle s'est emballée au maximum ! Juste avant j'ai senti une présence passer doucement derrière moi, mais curieusement je n'ai pas eu peur. C'était agréable et même rassurant. Ensuite, je fais des cauchemars très violents où je suis secouée violemment par un esprit puissant très violent. La première fois que ça l'a fait ma chienne est tombée malade. Elle avait avalé un marron. Ces cauchemars ont duré toute la semaine, le temps que le vétérinaire trouve ce qui faisait vomir ma chienne âgée de 5 mois seulement. Ces cauchemars se faisaient toujours au moment ou ma chienne vomissait. Ensuite, après l'opération, plus de cauchemars jusqu'au mois suivant où les cauchemars ont recommencé avec la même violence. Mais cette fois-là, en me réveillant, j'ai senti une présence très forte mais très douce et rassurante à côté de moi, et là encore, ma chienne a été malade, puis moi j'ai été hospitalisée. Ensuite, ma santé s'est détériorée, et pour finaliser je suis enceinte.

Je savais que le cauchemar et l'esprit n’annonçaient rien de bon. Je savais qu'il allait se passer pas mal de choses, et effectivement c'est arrivé. Lorsque j'étais enceinte de mon premier enfant, à partir du troisième mois de grossesse, chaque mois je faisais un cauchemar où quelqu'un décédait. Et dans la réalité chaque mois il y avait un décès, que ce soit de personnes ou d'animaux, et ça a duré jusqu'à ce que j'accouche. Juste avant d'accoucher, j'ai rêvé que le mari de ma mère décédait, et c'est son frère qui est décédé le jour même où moi suis rentrée à la maternité. Le frère du mari de ma mère a été enterré le jour où mon fils est né. Ce mois-ci j'ai fait un cauchemar où j’ai vu un accident et des mains qui étaient posées sur une sorte de branche d'arbre sous un pont. La première fois, il y avait une chaîne sur les mains et la seconde fois la tête coupée d'une femme ! Ma meilleur amie a subi une IVG et je me demande si ces rêves ou ces cauchemars peut-être prémonitoires vont se reproduire comme lorsque j’ai eu mon premier enfant qui a aussi le don de voir et de sentir les entités. Je me pose toujours beaucoup de questions sur tous ces phénomènes paranormaux pour les comprendre...
 

 

 

 
 
    Nidia M - 82 - SUISSE  
  Des visions dans mes rêves  
 
J'ai 20 ans et lors du décès de ma grand-mère il y a 5 ans, quelque chose de bizarre s'est produit. Il faut savoir que dans ma famille je suis la 3ème génération qui s'intéresse à l'ésotérisme. Avant moi il y a eu mon arrière grand-mère, mon grand-père, ma tante, et moi même.

J'ai commencé par avoir des visions dans mes rêves, je faisais des cauchemars à tout bout de champ, à chaque fois c'était le décès de quelqu'un. Et avec les années, ça n’a fait qu'empirer. Maintenant c'est à n'importe quel moment de la journée. Je me rappelle qu’un jour, alors que j'étais à vélo avec un copain, j'ai perdu le contrôle de mon vélo et je suis tombée à la renverse à cause d'une vision que je n'oublierai jamais. J'avais vu une voiture blanche avec un bébé dedans, la voiture était partie contre un poteau, et les parents de l’enfant étaient morts. Lors de mon retour de vacances, en rentrant chez moi, j'ai assisté à cet accident, qui rendit un petit bout orphelin.

J'ai également assisté à la mort de connaissances de mon âge. C'était vraiment traumatisant. J'ai arrêté de lire la rubrique nécrologique car j'avais des remords de faire ces rêves, de savoir ce qui était arrivé sans avoir fait quoi que se soit pour l'empêcher. A l'époque j'avais 15 ans et c'était très dur à vivre. Maintenant je m'y suis habituée, j'ai commencé à pratiquer le Reiki, à faire de la radiokinésie et à lire dans les lames du tarot. Maintenant je m’y suis habituée et je n'en tiens même plus compte car je sais que de toute façon je ne vais rien pouvoir faire. Je mémorise simplement le visage de la personne et je lui envoie du Reiki pour que son âme puisse partir en paix...

 
   
 
  C. S. - 81 - FRANCE  
  L'être de lumière  
 
Au cours d’un rêve, j’ai traversé le tunnel qui mène dans l’autre monde et j’y ai rencontré ma grand-mère décédée, qui m’a accueilli.

Elle m’a demandé ce que je faisais là, me forçant ensuite à faire demi-tour et j’ai dû retourner sur terre.

Lors d’un autre rêve similaire, ce n’est pas par ma grand-mère que j’ai été accueillie, mais l’être de lumière, un être éblouissant sans forme définie mais qui était un être d’amour. Depuis, il m’arrive de repenser à ce rêve, car cet être de lumière était à mon avis quelque chose de plus haut que la rencontre avec ma grand-mère.

 
   
 
    Michel B - 80 - FRANCE  
    Des événements bien étranges  
   
Les faits suivants ont débuté en 1968, alors que j'avais une dizaine d'années. 

Je vais les relater tels que je m'en souviens, sans pour autant garantir que le temps n'a pas altéré ces souvenirs. En 1968, donc, mon grand-père paternel (qui était également pédophile) décède. Ouf !  Quelques jours plus tard à lieu l'enterrement qui réunit toute la famille, (vous savez, ceux qui pratiquent la loi du silence !). Une occasion pour les enfants de retrouver cousins et cousines (et victimes potentielles du défunt…).

Curieusement, à part quelques pleureuses d’origines italiennes, personne n'a vraiment l'air affecté par ce décès. Les adultes discutent et affichent une "tête de circonstance" pour faire bonne mesure, tandis que les enfants, dont je suis, jouent et chahutent.

Une de mes tantes (mon père avait 4 soeurs) tente à plusieurs reprises de nous calmer avec une expression assez "décalée", pour l'époque en tout cas : "faites doucement tant que le mort est dans la maison !".  Il est vrai qu'il est déjà "en bière" mais toujours au 1er étage de la maison, en attendant les pompes funèbres.

L'office funèbre et l'enterrement se déroulent comme n'importe quel autre, sauf que, visiblement les adultes font de très gros efforts pour verser au moins une larme, et que les enfants ne pensent même pas à faire semblant (tout juste si on ne chante pas dans le bus…).

Retour à la maison du mort pour la collation qui, très vite, dégénère. Les adultes délaissent le café pour de la bière, tandis que les enfants sont envoyés au 1er étage (là où était le cercueil) pour ne pas perturber leur chagrin, tant et si bien qu'au bout d'une heure tout le monde a oublié le "Pepeye" qu'on vient de mettre dans le trou.

Nous nous retrouvons donc entre cousins et cousines (une dizaine d'enfants) autour de la table sur laquelle était posé le cercueil, à plaisanter et surtout à attendre qu'on nous apporte notre collation qui ne tarde pas à arriver sous forme d'un immense plateau garni d'une bonne trentaine de sandwichs divers et variés, de verres et de bouteilles de soda.


Ma tante (celle qui a le génie de l'expression "choc") pose l'ensemble sur la table et sort de la pièce sans un mot, mais, à l'instant précis où elle referme la porte, l'intensité lumineuse diminue jusqu'à s'éteindre complètement (à la manière des halogènes actuels, sauf qu'en 1968 ça n'existait pas !). Puis, elle se rallume aussitôt, le tout ayant duré moins d'une dizaine de secondes. Tous les regards, qui s'étaient posés sur le lustre à plusieurs branches placé au-dessus de la table, redescendent en direction du centre de la table et, à l'unisson, nous poussons tous un cri de stupeur, qui a pour effet de faire remonter "la tante" dans les escaliers.
Tout le monde fixe le plateau, qui est parfaitement vide !  Il n'y a plus le moindre sandwich dessus, même plus la moindre miette !

A cerveau d'enfant, réaction d'enfant. On s'accuse mutuellement de cette blague stupide, mais, à l'évidence, après avoir fouillé la pièce, les sandwichs demeurent introuvables ! Ma tante finit par accuser son fils, qui est une bonne fourchette, d'avoir tout dévoré. Il s’en défend, expliquant à juste titre, que même s'il a très faim, il ne lui serait pas possible d'avaler une telle quantité de sandwichs en si peu de temps !

Ce mystère n'a jamais été résolu, et personne n'en a plus reparlé. Les adultes ont probablement classé l'affaire dans "blagues stupides des enfants" tandis que nous, qui étions en train de découvrir la vie, l'avons classée dans : "tu es trop petit pour comprendre".

Quelques mois plus tard, le cousin (gros mangeur), habitait la maison avec sa mère.  Mes parents décident de leur faire une visite de courtoisie. Comme à l'accoutumée, les enfants sont isolés des adultes et nous nous retrouvons dans la chambre du cousin, au second étage de la maison.  Alors qu'il nous fait écouter les derniers 45 tours qu'il avait achetés et montre sa collection de BD, des cognements assourdissants retentissent dans la pièce.  Affolés par le bruit, nous nous précipitons vers la porte mais n'arrivons pas à l'ouvrir. Elle n'est pas verrouillée, mais la poignée n'a aucune action sur le pêne…

Les cognements étaient si violents qu'on n'entendait pas nos propres cris et, mains sur les oreilles, nous nous réfugiâmes sous le lit en hurlant, jusqu'à ce que ma mère ouvre la porte et pousse une "gueulante" épouvantable au sujet de nos cris. Vous ne le croirez peut-être pas, mais personne, à part nous, n'avait entendu les cognements ! La porte n'avait pas résisté à ma mère et, bien évidemment, personne ne nous a crus et nous avons classé l'affaire comme précédemment.

La dernière fois que nous nous sommes rendus dans la maison, c'était pour célébrer un événement quelconque, et, devinez ....  les enfants furent isolés, mais dans le salon cette fois, histoire de ne pas déranger, sans pour autant échapper à la surveillance des adultes qui occupaient la salle à manger et desquels nous étions séparés par une double porte en bois.

A un certain moment, nous étions 4 enfants assis sur un canapé convertible qui avait été débarrassé de sa literie, quand, pour une raison indéterminée, il s'ouvrit, nous engloutissant tous les quatre. Une fois de plus, les adultes vinrent à notre secours, mais après plusieurs tentatives infructueuses pour ouvrir le convertible, ils durent le démonter complètement pour nous dégager !

Nous fûmes tous punis à cause de nos blagues crétines et classâmes, une fois de plus, le dossier.

L'événement suivant eu, par chance, mes parents pour témoins. Alors que nous étions couchées, ma soeur et moi, une lueur étrange apparut sur un rideau de la chambre. Il s'agissait d'un rectangle parfait d'environ 25 cm/30 cm. Le rectangle était lumineux, mais également parcouru de vaguelettes colorées qui changeaient, et de forme, et de couleurs.  Nous appelâmes nos parents qui firent les investigations nécessaires (allumer, éteindre, fermer le rideau, le tendre, regarder derrière, devant, boucher la serrure) mais qui ne trouvèrent rien.  La lumière faisait partie du rideau ! Et voilà...  Pas d'explication à ce qui n'en a pas.

Je ne suis jamais retournée dans la maison du "Pepeye" mais, quand il m'arrivait de passer devant, je pressais le pas car, si mon cerveau d'enfant a accepté ces événements comme possibles, mon cerveau d'adulte est persuadé, lui, que rien de tout cela n'était naturel.

Durant mon adolescence, un seul événement est survenu. Je m'étais rendue au centre commercial en mobylette et, alors que je faisais du lèche-vitrines et que j'entendais, dans ma tête, ma propre voix faire ses réflexions genre : "ça, c'est moche", "ca, c'est bon pour ma mère", "ca, c'est trop cher", je l'entendis dire distinctement "on te vole ta mobylette !".  Sans me demander si j'avais rêvé, je me mis à courir jusqu'au parking où j’avais stationné l'engin. Malheureusement, j'arrivai juste à temps pour voir le voleur s'éloigner avec…  Pas mal, mais trop tard !

Vers 21 ans, j'étais à bord de la voiture de mon copain de l'époque, qui est devenu mon mari par la suite. Nous circulions dans le centre ville. Il était assez tard et nous rentrions à la maison. Il conduisait et moi, j'étais "dans la lune", l'esprit ailleurs, esprit qui m'avait emmené dans une sorte de rêve éveillé où je me voyais assise à côté de mon copain, dans la voiture, dans une rue bordée d'arbres et éclairée pas des réverbères-boules-orange, et où soudain, à un croisement, une voiture rouge scintillante débouchait à toute allure de la droite".  Quand je revins à la réalité, je reconnus bientôt la rue, les arbres, les réverbères, et j'eus à peine le temps de hurler : "Freine !" Ce qu'il fit, grâce à Dieu.  La voiture rouge déboula de la droite exactement comme dans mon rêve éveillé. Il me regarda, stupéfait, et me dit : "Comment tu l'as su ?". Je lui racontai ce qui précède en précisant que "je ne croyais pas qu'il y aurait une voiture" mais que "j'en étais sure" !

Ce fut la dernière expérience étrange de ma vie, et c'est très bien comme ça.  Je ne cherche pas d'explications. Ca s'est passé, un point c'est tout…

 

 
   
 

 

  Croco B - 79 - FRANCE  
  Une étrange sensation  
 


Voilà une dizaine d'années que mon grand-père que j'aimais très fort nous a quittés. Cela a été très dur pour tous.

On avait allongé mon grand-père sur un lit chez lui pour la veillée en attendant son enterrement. C'était un lit qui ne servait qu'à moi et à mes cousins quand on venait en vacances chez lui. Mon père m'a demandé de rester avec ma grand-mère après l'enterrement pour être près d'elle, pour qu'elle ne soit pas seule, pour essayer d'apaiser sa peine et j'y suis resté 2 jours. J'avais 15 ans à cette époque et e me suis assise sur le lit où reposait le corps de mon grand-père et là j'ai senti une étrange sensation qui montait jusqu'en haut de mon corps. J'étais comme paralysée et en même temps très sereine.
J'ai appelé ma cousine qui se trouvait à un mètre de moi mais elle ne m'entendait pas. J'ignore toujours l'explication de la sensation que j'ai ressentie. Dix ans après, je me pose encore beaucoup de questions...

 

 
   
 
    Laetitia L - 78 - FRANCE  
    Toujours la même heure  
   


Cela a commencé lors du décès de mon grand-père le 17 février 2002 à 12h10.
Depuis, le peu de fois ou mon regard se pose sur l'horloge, c'est toujours la même heure : 12h10 ou 00h10. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence car je fais partie de ces personnes qui croient en la vie après la mort.
Nous avons eu beaucoup de signes : bruits, sons, odeurs, air froid, objets qui
tombent, etc. Cela fait 3 ans que cela dure...
 

 
   
 
       
    Gwenne C - 77 - FRANCE  
    Une bague en or  

 


J'étais chez des amis. Nous avons passé la soirée à parler esprits, anges et nous avons raconté des rêves étranges que nous avions fait. Au moment de me coucher je m'allonge sur le lit à côté d'une amie, je ferme les yeux et soudain une femme apparaît, ou plutôt un buste de femme dans une robe bleue marine serrant contre elle un bébé dans un linge blanc. Je vois de cette femme son tronc et une de ses mains. Elle porte une bague à l'annulaire gauche, elle est en or avec une perle étincelante.

Le bébé pleure, il est crispé, il a l'air plein de douleurs. Je rouvre les yeux et j'explique ma vision à mon amie qui me confie que le bague que j'ai aperçue est la même que celle de sa grand-mère (je n'ai jamais vu sa grand-mère de toute ma vie) et que sa grand-mère a perdu un bébé de maladie, alors qu'il n'avait que six mois. Cette vision m'a beaucoup troublée, surtout que je ne sais ce qu'elle signifie.
 

 
   
 
  Bianca A - 76 - CANADA  
  Un vieux jeu de Oui-ja  
 
Je marchais seul dans la rue pour aller dîner chez moi, j’avais environ 6 ou 7 ans, quand soudainement j’ai senti mon corps se remplir d’une grosse boule d’émotion…. Alors je me suis mise à pleurer. J’avais de la peine, mon cœur souffrait mais je ne savais pas pourquoi. Je rentre dans la maison. Ma mère était au téléphone. Elle raccroche et me demande pourquoi je pleure. Je lui réponds que je ne sais pas. Alors par la suite, elle me dit que c’était la voisine qui était au bout du téléphone pour lui annoncer que  son mari avait tué mon chat par accident.

A 8 ans, mon arrière grand-père est décédé. Le jour de son enterrement, j’étais avec quelques enfants dans une pièce. J’avais de la peine et je pleurais. Dans la pièce il y avait une fenêtre et mon arrière grand-père est apparut dans celle-ci pendant quelques instants.

Il y a 3 semaines de cela que mon ami a perdu son frère. Il s’est suicidé. Deux semaines après cet évènement, il nous dit qu’il aurait besoin de parler à son frère car il aurait des questions à poser concernant le testament et ces enfants. Donc je commence dans le sujet des esprits, je lui parle d'une l'émission qui s'appelle Hantise et qui traite des histoires vécues de fantômes et d'autres choses. Je lui dis qu'il serait peut-être possible de le faire venir par le OUIJA et on a parlé de cela une bonne partie de la soirée.

Deux jours après, j’écoute religieusement mon émission et par hasard l’histoire parlait d’un homme qui avait utilisé un OUIJA ( c’était la première fois que le sujet était abordé ) pour communiquer avec le fantôme qui hantait sa maison et il disait que par la suite la situation s’était aggravée. Après avoir écouté l’émission, je décide d’abandonner l’idée de m’obtenir le jeu.

Cependant, deux jours après, encore une fois, je vais dans une librairie pour aller chercher un livre de maquillage d’Halloween pour mes enfants. Je dois préciser que cela fait longtemps que je jette un petit coup d’œil dans les magasins afin de trouver un OUIJA. Donc je vais à la librairie pour mon livre et en rentrant je vois un vieux jeu de OUIJA sur une petite table avec des livres de maquillage et des crayons de couleur.

Cela m’a troublé un peu. J’attendais à la caisse avec mon mari et pendant ce temps-là je réfléchissais. Je me disais, je dois l’acheter, et ensuite non je ne peux pas.  J’avais les mains moites. Je n’avais que le jeu dans la tête et je tournais en rond…

Je suis sortie de la librairie attendre mon mari avant de prendre la décision de l’acheter. Le jour d’après j’ai fait un rêve concernant ma mère. Là je suis pas trop sûr de trouver les bons mots pour exprimer ce que j’ai vécu ou ressenti. Après le rêve, j’ai vu un homme en habit gris, mais mon cadran m’a ramené ( c’est l’impression que j’ai eu ), ma réveillé.

Après mon réveil, je savais de qui j’avais rêvé et je me souvenais d’avoir rencontrer un homme. Il y avait une différence entre mon rêve qui concernait ma mère et la rencontre de l’homme d’affaire. La sensation n’était pas la même. Comme si j’aurais été présenté à un homme en personne, c'était la même sensation.

Il m'est arrivé de dire des choses à certaines personnes qui par la suite elles se sont produites. Un certain moment, mon entourage m’appelait la sorcière !

Je peux vous dire que ma tante ( côté paternel ), avec qui je ne suis plus en contact depuis un certain temps, a un don de voyance. Elle voit les morts et l’avenir. Ma mère reçoit la visite des gens qui viennent de mourir, famille ou autre. Et la cerise sur le cadeau, ma grand-mère est Schizophrène.

Je me demande si cela n’aurait pas un impact dans les gènes. Le monde des esprits, des fantômes m'a toujours intrigué. Alors si j’avais un certain don à pouvoir communiquer avec l’autre dimension, j’aimerais développer cette capacité sinnon à quoi bon. Je ne veux pas non plus me faire de fausses idées et forcer les choses.

Depuis j’ais l’âge de 5 ans je ne crois en rien, ni en Jésus ni dans aucune religion. J’ai toujours dit aux adultes que tout cela n’avait pas de bon sens mais j’ai cependant toujours cru qu’il y avait une force en nous en qui nous pouvions croire. Je disais toujours que je croyais en rien mais seulement en moi-même. Mais depuis que je m'intéresse au sujet des anges gardien et bien là j’y crois ! Depuis je sais que je ne suis pas seule, que mon ange est à mes côtés, et je me sens remplie de lumière. Tout cela est nouveau pour moi, j’ai l’impression que je commence une nouvelle vie, c’est fou !

 
   
 

 

  Fabienne F - 75 - SUISSE  
  Mes êtres de l'Au-delà  
 
Peu avant ma naissance, ma tante est décédée, plus exactement 10 jours avant que je ne vienne au monde. Mes parents m'ont donné son prénom et je dois avouer que j'ai toujours su qu'elle était près de moi. Il y a 4 ans, je suis allée voir une médium et ce fut un des plus beaux moments de ma vie.

Ceci m'a conforté dans l'idée qu'il y a quelque chose après. Mais comme à cette époque j'avais tellement peur, j'ai décidé que c'était mon imagination qui me jouait des tours. Pourtant j'allais souvent sur sa tombe pour lui parler.

Une nuit, il y a quelques mois de ça, je me suis réveillée brusquement et à côté de moi, il y avait un homme, beau, si beau, et avec un sourire magnifique. Je l'ai vu comme de chair et de sang puis j'ai allumé la lumière en pensant que c'était un rêve, mais le soir d'après, il est revenu, s'est assis sur mon lit m'a regardé avec le sourire et m'a dit... "c'est le moment de te mettre au travail".

Depuis, je vois des gens qui n'arrivent pas à passer de l'autre côté, alors je prie pour eux et ils s'en vont. J'ai aussi des flashs et je ressens beaucoup de choses. Ce qui m'étonne c'est que pendant quelques semaines, je n'ai plus eu de nouvelles de l'au-delà et quand j'ai appelé cet être de lumière, j'ai simplement entendu : "je suis en convalescence."

Souvent, ils (ma tante et cet être) ont des habits différents et ma tante a beaucoup changé physiquement. Elle a les cheveux plus courts et quelques rides en plus!

 

 
 
 
  Marie P - 74 - FRANCE  
  Perceptions diverses  
 
Je ne sais pas si j'ai des dons, mais j'ai ressenti le décès de ma marraine et de ma grand-mère. Aussi, quand j'étais enfant, ma maman m'a raconté que je savais quand mon grand-père ou mon père allait rentrer à la maison. Depuis j'ai grandi - j'ai 35 ans à ce jour - et j'ai toujours été attirée par l'ésotérisme.

Un jour j'ai rencontré un voyant qui ma dit que cette nuit-là je verrais une personne qui me protège dans l'autre monde et une autre qui me veut du mal. J'ai rêvé effectivement cette nuit-là de ma grand mère, et dans ces yeux je voyais mon grand-père... J'ai eu très peur et n'ai plus su me rendormir, je n'ai malheureusement jamais eu d'explication par rapport à ce rêve et malheureusement le voyant qui m'avait prédit cela est mort lui aussi.

Je ressens aussi une entité autour de moi, pas tout le temps mais souvent, mais je n'ose pas entrer en contact avec elle, car j'ai très peur de ce qui pourrait arriver...
 

 
 
 
  Brigitte S - 73 - FRANCE  
  Sensations d'envol  
 
Quand j'étais enfant, je me suis sentie partir à trois reprises.

La première fois, c'était dans un petit cimetière derrière notre école, j'avais 6 ans, on jouait juste à côté, c'était en Afrique. Je suis montée sur une tombe, il y avait juste un arbre à coté, je voulais cueillir quelques feuilles de cet arbre. Tout d'un coup, je ne sentais plus mes jambes, cette sensation de légèreté remontait et en un rien de temps, je me suis vue en bas arrêtée sur cette même tombe. Je ne sais pas comment expliquer cela, mais je me voyais moi comme dans l'air et je me regardais en bas.

La deuxième fois, c'était dans la forêt, deux ans après la première expérience. Je me suis accroupie pour faire pipi, et je me suis sentie flotter et je me sentais comme détachée de moi. Je ne peux expliquer comment, mais je me suis dit « que je ne voulais pas », alors, je me suis retrouvée.
 
La troisième fois, c'était encore dans un cimetière. J'avais 11 ans. Je marchais, je parlais avec des copines, c'était toujours au village, dans un petit raccourci que nous empruntions pour nous rendre à l'école. Je marchais, mais je ne sentais plus mes jambes, et je ne sentais pas mes pieds au contact du sol. Je suis « montée », mais je me voyais marcher quand même. J'ai pris peur, ça s'est arrêté et je me suis « retrouvée ». Mes copines à côté n'en ont rien su.

J'ai 38 ans. Dans le temps, jusqu'à l'âge de 15 ans à peu près, je faisais des rêves qui se réalisaient le lendemain, mais plus maintenant.
Autre chose. Tout se reproduit dans ma vie en doublon. Si je me blesse au doigt, cela se reproduira le jour même ou dans la semaine. Si je perds un objet, cela se reproduira, ainsi de suite....

 
 

  Marlene C - 72 - FRANCE  
  Une pièce glaciale  

   
Au cours de plusieurs nuits, je me suis réveillée aux alentours de 3h du matin et la pièce ou je dormais se mit à devenir glaciale ! Je suis persuadée que c'était mon grand-père qui voulait rentrer en contact avec moi (il est décédé il y a 10 ans ). Je pense qu'il avait quelque chose à me dire. J'ai essayé de lui parler, la feuille et le stylo sur la table, mais à chaque fois la pièce se réchauffait et je n'ai rien capté.
Ma mère se levait aussi à ces heures-là et la même chose se produisait pour elle (sensations etc...). Il y a deux jours j'ai encore rêvé de mon grand-père, mais je n'ai vu que son visage et il ne parlait pas.

 
 

  Pierre P  - 71 - FRANCE  
  Un long cylindre sombre  



 

 
J'avais treize ans. C'était en fin novembre de l'année 1973 après le décès de mon père. On décida pour moi d'un séjour dans la famille de ma mère, dans le midi, histoire de me changer les idées. Ce fut à Château-Renard. Un soir, vers 21 heures, en montant dans l'estafette de ma cousine qui m'avait invitée à son concert musical, je fus d'un coup (au moment où j'allais m'asseoir), projeté, puis aspiré à très grande vitesse, dans une espèce de long cylindre sombre. Cherchant instinctivement à me retrouver, la tête tournée vers elle, je fixais du regard ma cousine comme pour ne pas perdre contact avec la réalité qui semblait à cet instant m'échapper. Je la distinguais très éloignée de moi et je l'entendais au loin me demander si j'allais bien. La peur m'envahissait, alors le cœur s'accélérait, mais j'étais comme porté. Puis soudain tout devint blanc, puis blanc clair, et blanc lumineux, c'était paisible et je l'étais aussi. L'instant d'après tout redevint normal. Je me rappellerais toujours que je ne m'étais pas encore assis confortablement si je puis dire. Du fait de la hauteur au sol de l'estafette ; la petite marche qui engage le pied droit, le poignet en haut à droite, puis la porte coulissante. Il avait dû se passer 10 secondes, tout au plus. D'ailleurs ma cousine n'en fut pas inquiétée et nous partîmes.
 
 

  Anna S - 70 - FRANCE  
  Où se trouve donc la réalité ?  
 
Ce matin je suis entrée pour la première fois dans un magasin pourtant très bien situé mais que je n'avais encore jamais vu, bien qu'il existe depuis 5 ans.

Je croyais que ce magasin "invisible" pendant tout ce temps pour moi, était la continuité de celui d'à côté, bien qu'ils ne vendent pas du tout la même chose. En y pénétrant la vendeuse me dit : "hier soir, j'ai vu une étoile filante, j'ai fait un voeu car je crois aux fées. J'ai besoin d'un sérieux coup de baguette magique."

La personne qui m'accompagnait dit en me désignant : "C'est une fée". Je lui décrivis l'image que je venais de voir apparaître au-dessus de sa tête, seulement visible pour moi. Alors j'ai vu le visage de la vendeuse s'illuminer comme si sa vie venait de changer comme par un merveilleux "coup de baguette magique".

Mais où se trouve donc la réalité ?
 

 

  Janine M - 71 - FRANCE
  Un poste de radio
   
Depuis la mort de mon fils d'un cancer, un poste de radio, branché mais éteint, muni d'une petite lumière rouge qui ne s'éclaire que lorsque le poste est en marche, s'allume épisodiquement, avec un doux ronronnement. Cela a commencé 2 jours avant son décès parfois avec des bruits étranges, des sifflements et le jour où il est "parti", nous avons entendu le bruit d'un coeur qui battait...

Cela dure maintenant depuis plus d'un an et je n 'utilise JAMAIS ce poste. Parfois cette petite lumière s'arrête  quelques semaines et même quelques mois. Puis subitement, elle revient, reste quelques jours ou quelques semaines. La nuit, parfois, elle "s'agite", s'éteint, se rallume, et dans ma solitude de vieille dame, elle me réconforte comme s'il venait me dire qu'il était toujours près de moi et qu'il m'aimait.

Il y a eu de nombreux témoins !
 

   
           
   

courrier lecteurs - ésotérisme spiritualité voyance

   
   

 

   
         
   

FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil