FRANCE LECTURE ésotérisme spiritualité voyance
FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil

 

 

 

       Témoignages 3
  
         

 
   

Vous désirez écrire votre témoignage? Cliquez ici

 

Pages

1
2 3 4 5
6 7 8 9 10

 Page suivante

  Jacques R - 17 - FRANCE  

  L'ange  

 
Cette nuit là, j’avais été réveillé par un bruit de vent. En ouvrant les yeux et en entendant ce bruit du vent, je pensais que ma fenêtre était ouverte. Je tournai ma tête vers la fenêtre pour m’en assurer.


Ce qui se présentait cette nuit-là, devant mes yeux, aurait fait bondir hors du lit n’importe qui. Je voyais un être dans ma chambre, il était debout près de la fenêtre. Il était très grand. Il était vêtu de blanc, il me regardait. Le bruit de vent qui m’avait réveillé, c’était le battement de ses deux ailes blanches.

 

Bien que je ne puisse pas bouger, ni me retourner totalement ou me relever pour

parler avec lui, je n’étais cependant pas inquiet.

L’inconnu aux ailes blanches ne paraissait pas menaçant. Mais même s’il avait l’air bienveillant, que faisait-il dans ma chambre?

 

Quiconque se réveillerait en pleine nuit et verrait un être dans sa chambre avec deux ailes, aurait eu une réaction de panique, aurait hurlé ! Mais aussi bizarrement que cela pouvait être, je n’éprouvais aucune crainte en le voyant. Je me demandais simplement ce qu’il faisait dans ma chambre, comme si je le connaissais!

 

Il se tenait là sans bouger ni parler, à la manière d’un garde du corps qui veillerait sur ma sécurité. Était-ce lui mon ange gardien ? Et pourquoi s’était-il rendu visible ? Pourquoi Dieu avait-il permis que je puisse voir l'ange ? Venait-il pour m'annoncer que mes phénomènes étranges arrivaient à leur fin ?

Ou bien était-il là pour m'aider dans la lutte contre l'esprit du Mal qui n'avait cessé de me persécuter?
 

 


  Francine L - 18 - CANADA  
  Une terre qui souffre  
   
A l'âge de douze ans j'ai vu la Sainte Vierge m'apparaître tenant l'enfant Jésus dans ses bras. J’étais en Gaspésie, au bord de la mer et je me promenais en pleurant. Je trouvais ma vie tellement plate… Et là, dans le ciel, elle m’est apparue.

L'autre chose, c'est il y a trois ans - vers la fin d'une dépression - j'étais appuyée sur le bord d'un enclos à cheval ( je vis en campagne ) j'ai vu la terre souffrir ! Elle soupirait et se soulevait, et je ne pourrais pas vous dire pourquoi, mais je savais qu'elle souffrait avec moi, j'en avais la certitude.  Je l'ai remerciée de son appui et elle a cessé de bouger.

Ce sont des phénomènes comme ça qui m'arrivent et je ne peux en parler a personne. Je peux aussi savoir par mes rêves qui va mourir dans les milieux artistiques. Avec le temps on accepte ces choses, car dans la famille est tous un peu voyants si je peux dire...

En ce moment, j'essaye de m'en sortir car depuis huit ans tout s'est compliqué dans ma vie. J'aurais eu tant besoin d'une personne à qui me confier, mais je m'en suis sortie seule avec plus de sagesse et de maturité.  Pour le moment, j'ai besoin de prières pour moi et ma famille et que la lumière vienne éclairer les ténèbres que nous venons de traverser,mon mari et moi. Nous sommes tellement fatigués de nous battre qu'on aimerait recevoir un peu de chaleur humaine et d'amour et pouvoir rire a nouveau pour que cette noirceur parte et ne revienne plus jamais.

C'est un peu mon histoire. Je sais que vous ne la prendrez pas à la légère. Comme je peux voir, vous êtes près des êtres de lumière. Demandez-leur de venir nous aider s'ils le veulent bien, car j'ai l'impression que plus rien n’avance. Il y a peut-être quelque chose qu'on ne fait pas pour que ça bouge mais je n’en sais plus rien. C'est pourquoi nous avons besoin du soutien de ceux qui voudront bien nous aider, quelle qu’en soit la forme.

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout. Ca ma fait du bien d'en parler.

Continuer votre beau travail, car sur terre on a besoin de s'entraider pour mieux vivre, pour mieux comprendre et traverser certaines leçons qu'on n’ a pas compris. Merci encore.

 

 

  Fabienne B - 19 - FRANCE  
  La mort à pleines dents  
   
Le rêve démarre de manière classique, gentiment, puis vire au cauchemar.
La scène se passait la nuit avec des amies. On marchait tranquillement puis on s'est séparées car je devais rentrer chez moi. Je marche donc seule et j'entends un craquement, semblable à celui qu'on ferait si on marchait sur une petite branche et qu'elle cédait sous notre poids. Ce rêve m'a tellement marqué que je me rappelle de tout, jusqu'au bruit de craquement de la branche.


Je tourne donc la tête à droite, croyant que le bruit venait de là et je me heurte à quelque chose. Je retourne la tête pour regarder droit devant moi et je suis contre quelqu'un, qui est vêtu d'un habit noir: une robe de bure, et il porte une capuche, mais je ne distingue pas son visage qui est dans l’ombre de sa capuche. Imaginez les dessins qui ont été fait de La Mort et c'est tout à fait ça.
Tout d'un coup, "elle" m'attrape au col et me soulève sans effort. Mes pieds ne touchant plus le sol et me secoue comme un prunier, et là, le vrai cauchemar arrive...


C'est comme si une caméra se plaçait devant ma bouche et je commence à avoir très mal, comme si on m'arrachait une dent. Je distingue des canines dans ma bouche (trop grandes pour être humaines) et ma bouche me fait de plus en plus mal . Puis, certaines dents se mettent à saigner. J’ai aperçu une dent cariée qui saignait elle aussi et une s'est cassée nette, puis je me suis réveillée !

J'avais la peur au ventre et la première chose que j'ai fait, c'est de vérifier si mes dents étaient intactes !

J'ai fait ce rêve dans la nuit du 13 juillet au 14 juillet 1993.

Un mois plus tard (le 14 août 1993), ma chienne est tombée malade (problème de rein) et 15 jours après cela, on n'a pas eu d'autres choix que de la faire piquer. Ca a été très difficile car j’ai passé toute mon adolescence avec elle et elle m’adorait, évidemment moi aussi.

J'ai fait pour l'instant, cinq rêves dans ce style et je devine maintenant grâce aux détails des dents, s’il s’agit d’une personne ou pas, et de quoi mourra la personne en question. D'autre part, je crois savoir que si j'aime la personne, j’aurais très mal. Enfin, le délai entre le rêve et le décès est d'une semaine à 1 mois 1/2 maximum. Voilà une histoire à faire peur mais véridique.
 

 

  Lucie T  - 20 - CANADA  
  L'histoire de Tommy  
   
Je suis couchée un soir, très bien éveillée et j’entends un petit garçon chanter à haute voix et sans arrêt: « Il Etait Un Petit Navire » !

Je regarde au pied de mon lit. Il est à genoux et il chante. Il a les cheveux blonds, il est grassouillet et il doit avoir cinq ans.

- Je veux dormir, lui dis-je. Il me répond:
- Non, je veux que tu sois ma maman!
- Non! lui dis-je. Mais il continua de chanter et je m’endormi stressée...

Ma fille de 20 ans est venue un jour dormir avec moi quand le garçon chantait. Elle lui a demandé d’arrêter. Alors plus rien...

Six mois plus tard, il est revenu me disant:

- Tu es devenue ma maman!

Il s’appelait Tommy. Il m'a dit

- Tu t’es occupée de moi...

Le chat de deux mois de ma voisine de porte s’est cassé la patte en tombant du troisième étage et j’ai dû m’en occuper trois mois dans une cage car sa propriétaire travaillait. Je l’ai soigné et il s’est créé des liens. A ce moment, j’avais moi-même une chatte de 1 an. Aujourd’hui ,nous laissons un « stopper » à nos portes pour que le couple de chat puisse se voir.

Tommy, le petit garçon, m'a dit :

- Tu t’occupes de moi.

Et il m’a dit aussi que le chat ne vivrait que cinq ans comme lui. Le chat a un souffle au coeur…

PS: Je n’ai pas parlé de ça à ma voisine pour ne pas passer pour folle ! Ma fille a entendu le garçon comme moi et elle me croit. J’ai 45 ans et j'ai toujours eu des choses bizarres et ma fille aussi...
 

   

  Patricia J  - 21 - FRANCE  
  Rencontre avec Vincent  
   
J'ai moi aussi la chance et le privilège de "dialoguer" avec Vincent van Gogh depuis l'au-delà. Ce peintre me fascine depuis que j'ai commencé la peinture, donc réellement depuis deux ans. Depuis ce jour ma vie entière a basculé. C'est féerique d'être aidée par un professeur comme lui. Je ne peux dire "maître" car Vincent a horreur que je l'appelle ainsi.
Il m'a d'ailleurs rappelée à l'ordre plusieurs fois à cause de ce mot...
J'ai l'impression de vivre comme dans un rêve, sauf que là je suis bel et bien réveillée! Pourtant il m'arrive toujours d'être "dépassée" par ce phénomène inexplicable. Je crois sincèrement que l'être humain ne peut-être en aucun cas prêt pour ce genre d'expérience.

 
   

  Gabriellah  - 22 - FRANCE  
    Les quatre extraterrestres    
   


Il est tard dans la nuit. Je viens de finir de lire en une traite le livre "Les messagers de l'aube" de Barbara Marciniak. Et cette nuit là, j'ai fait un rêve vraiment spécial en rapport direct avec les Extraterrestres. Je ne me souviens que de celui ci et je n'ai pas gardé en mémoire d'autres images.

… Je me retrouve allongée sur une table d'opération. Quelques secondes après, je vois arriver quatre extraterrestres marchant à la même vitesse. En réalité, ces êtres ne marchaient pas, ils effleuraient le sol. De l'endroit où je me trouvais, je les voyais sortir d'une grande lumière jaune: c'était le Soleil.
Ces êtres venaient tout droit du Grand Soleil Central. Quel beau spectacle. Cette couleur n'éblouissait pas : elle adoucissait. Deux se retrouvèrent à ma droite et deux autres à ma gauche. Ils avaient une forme humaine. Leurs corps étaient très fins, de taille moyenne entre 1m6O et 1m7O et ils étaient vêtus d'un vêtement ressemblant à une combinaison de plongée sous-marine d'un bleu gris perlé. Il est difficile de donner une description de cette couleur car je ne l'avais encore jamais vue ici-bas.

En réalité, ils m'apparaissaient comme des ombres. C'est pourquoi, je ne pouvais distinguer ni leurs yeux, ni leurs nez, ni leurs bouches ou leurs oreilles mais ils n'avaient pas de cheveux.
Je n'avais pas peur d'eux et leur faisais confiance sans savoir ce qu'ils voulaient de moi. Mais je les laissai faire, je n'avais d’ailleurs pas le choix.


En me réveillant le matin, je me fis la réflexion suivante : "On dirait que mon corps a quitté ma chambre cette nuit". J 'étais étonnée de cette remarque mais je n'y portai pas d'intérêt et continuai ma journée comme d'habitude. Je ne me souviens pas de ce que j'ai pu faire ce jour-là, mais je sais que depuis ce moment, mes pensées et ma conscience ont complètement changé et que mon don de clairvoyance s'est affiné également.

En janvier 2000, je rencontre un Ufologue connu.
Je lui explique mon rêve et il me dit :

- Ce n'est pas le premier témoignage que nous avons recueilli de ce genre et vous avez sans doute été enlevée par les Pleïadiens qui ont travaillé sur votre corps éthérique !
Je ne fus pas surprise de ce qu'il m'annonçait car le sentiment que mon corps ait pu quitter ma chambre m’avait semblé bien réel...

 

   

 

Gabriellah  - 23 - FRANCE

 
 

Le cadre de St Germain

 
   
Il est 9h3O du matin. Je me dirige vers la fenêtre de ma chambre. Sous cette fenêtre, un meuble de télévision est placé contre le mur. Dessus sont posés à une hauteur d'1m5O environ deux cadres. L'un représente le Comte de St. Germain et l'autre le Christ. Je me fais alors la réflexion suivante : pourquoi suis-je là à contempler le portail du pavillon ?

Immédiatement le facteur arrive et dépose une lettre dans la boîte aux lettres. Je me dis en souriant: une synchronicité sans plus. Je sors pour chercher le courrier. C'était un paquet de mon ami Jean-Pierre B. C'est un Français qui habite le Québec depuis 20 ans et qui donne des conférences sur le septième rayon en rapport direct avec le Comte de St. Germain.

Dans ce paquet, il y avait une K7 de l'enregistrement de sa conférence. J'étais très heureuse. Comme je ne peux pas rentrer par ma chambre, je passe directement dans le séjour où se trouve mon magnétophone pour écouter la K7. Puis, quelques minutes plus tard, je retourne dans ma chambre pour y chercher un document.

Qu'elle a été ma surprise de voir le cadre de St. Germain à l'autre bout de la pièce, posé par terre ! Il est impossible qu'un vent soit à l'origine de ceci, aucune fenêtre n'était ouverte et il n'y avait aucun courant d'air, aucun vent extérieur, rien. Tout était parfaitement normal. Je restai quelques instants à regarder le cadre sur le sol. En le ramassant, je demandai à St. Germain :

- Qu'as-tu à me dire ? Il me répondit :

-Tu as demandé une manifestation de ma part, me voici.

Je compris le message. Effectivement, la veille je lui avais demandé une manifestation. Je le remerciai et reposai le cadre à sa place. Depuis, celui-ci est toujours au même endroit…
 

   

  Gabriellah - 24 - FRANCE  
  Jésus frappe à la porte  
   
Novembre 1998

J'étais chez S., un ami. Nous nous sommes connus à l'occasion d'une radio libre commentée par G... sur Radio Enghien. Nous avons sympathisé et j'allai régulièrement à son domicile. Avec sa mère, nous avions de grandes discussions mais nous n'étions pas toujours d'accord sur les différents points de vue du monde spirituel. Mon ami croyait en Dieu et non en Jésus. J'avais beau lui dire que l'un n'allait pas sans l'autre mais rien à faire. Il restait têtu comme pour bien des choses d'ailleurs. Bref, J'étais à cette époque poursuivie, si je peux le dire ainsi, par le chiffre 37. Je ne connais pas exactement sa signification, mais une intuition profonde me dit que c'est celui de Jésus. Et un jour, c'est sûr, j'aurai une réponse définitive.

Un soir, ou plutôt pendant la nuit, dans la salle à manger de mon ami, les aiguilles de l'horloge se mettent à faire un bruit plus fort que la normale. Nous nous arrêtons un instant et regardons l'heure: il était 3HO7 du matin. Pour être plus certains, nous regardons l'heure digitale sur le magnétoscope. Elle correspond à celle de l'horloge. Pas de doute, ce chiffre était souvent présent dans ma vie...

Deux jours plus tard, nous avons une discussion au sujet de Jésus et mon ami persiste à nier son existence. D'un coup et sans réfléchir, je lui propose quelque chose:

- Veux-tu que j'appelle Jésus?

Il était d'accord. Je prononçai cette phrase mot par mot :

- Jésus, si tu es là, fais-nous un signe!

D'un coup, nous entendons frapper fort trois coups venant de la porte. Je ne pensais pas du tout à ce que le Bien Aimé Jésus se manifeste. S. resta muet. Il eut peur et n'en revenait pas. Il y avait de quoi pour un sceptique tel que lui! et suite à cette histoire, mon ami s'est posé des questions sur la réalité de Jésus.

Depuis plus d'un an, nous n'avons plus de contacts pour des raisons personnelles, mais je crois qu'après cette anecdote mon ami a douté à nouveau en expliquant que tout cela avait été le fruit du hasard. S. ne croit pas en Jésus, mais peut-être croit-il en St. Thomas?
 

   


Vous désirez écrire votre témoignage? Cliquez ici

 

   

 

   
       
   

courrier lecteurs - ésotérisme spiritualité voyance

   
   

 

   
         
   

FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil