FRANCE LECTURE ésotérisme spiritualité voyance
FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil

 

 

 

 

              Article 50
  
         

 
 
   

 

 
     

Pages

1
2 3 4 5
6 7 8 9 10
11 12 13 14
15 16 17 18
19 20 21 22
23 24 25 26
27 28 29 30
31 32 33 34

35 36 37 38
39 40 41
42
43 44 45 46
47 48 49 50
51


 

 
 Gurdjieff

LES QUATRE ETATS DE CONSCIENCE

Selon Georges Gurdjieff, il existe quatre états de conscience possibles pour l’homme : deux états de conscience inférieurs et deux états de conscience supérieurs. L’homme ordinaire, le « commun des mortels » évolue la plupart du temps uniquement à travers les deux états de conscience inférieurs qui sont le sommeil et notre état dit « d’éveil » habituel.

Les deux états de conscience supérieurs lui sont en général inconnus, bien qu’il puisse parfois les appréhender de manière vague et fugace au cours de son existence.
 
Il est pratiquement impossible pour nous de comprendre véritablement le sens des messages subtils provenant des centres supérieurs lorsque ceux-ci ne sont pas développés. Les comprendre nécessite en effet un fonctionnement de la pensée radicalement différent de nos modes de pensées habituels. Il est donc vain de porter un jugement sur la signification de ces états de conscience si l’on ne fonctionne qu’à travers des critères mentaux limités.

La conscience objective

Gurdjieff met l’accent sur les deux états de conscience supérieurs et en premier lieu sur le troisième état qu’il nomme le rappel de soi. Ce rappel de soi étant tout simplement le rappel permanent de sa propre conscience.

La plupart des gens s’imaginent - à tort - posséder ce troisième état de conscience. C’est la raison principale pour laquelle il ne peut leur venir à l’esprit d’acquérir ou de développer celui-ci ! Pourtant cet état, dont ils ignorent souvent l’existence, est la charnière inamovible entre nos états de conscience inférieurs et ce quatrième état  de conscience que Gurdjieff appelle la conscience objective. Cet état de conscience ultime nous permet de voir, de connaître, d’avoir accès à la pure réalité des choses. Grâce à lui, nous pouvons voir, ressentir, percevoir notre monde intérieur et celui qui nous environne tels qu’ils sont réellement, et non pas simplement d’après l’idée que nous nous en faisons !

L’imperfection de nos perceptions, de nos raisonnements, la fragilité de nos émotions intérieures déforment continuellement toutes les informations perçues et ceci a pour résultat désastreux de nous donner une image tronquée de la Réalité.

Sans la pleine maturité de nos différents états de conscience, il est donc impossible de nous connaître nous-même et de comprendre en profondeur le monde dans lequel nous évoluons.

Comment accéder aux états de conscience supérieurs ?

Les outils psychiques

La voie mystique, la méditation sont  les moyens les plus appropriés pour espérer atteindre l’horizon de ces états de conscience supérieurs. Concentration ( rappel de soi ) et méditation sont des outils psychiques puissants qui ont la capacité de nous propulser vers la cime de notre être réel, de nous octroyer l’accès à cette formidable dimension de nous-mêmes.

La voie royale vers la conscience objective passe impérativement par le troisième état de conscience, par cette passerelle qui se situe entre subjectivité rupa (forme) et objectivité arupa (non-forme), d’où l’importance du rappel permanent de nos pensées, de nos actes, de nos désirs. L’observation sincère de soi sera notre précieux instrument d’éveil. Cette clé psychique alchimique nous permet d’accéder progressivement au « Graal » de notre être intérieur divin.

Refuser de s’identifier continuellement à nos actes
et à nos pensées fait partie du processus
de libération intérieure

Les états de conscience et nos centres énergétiques

 

Chacun des quatre états de conscience est en relation avec un de nos centres énergétiques (chakras), même si chaque centre fonctionne toujours en collaboration plus ou moins étroite avec les autres centres énergétiques.

Les deux états de conscience supérieurs dont parle Gurdjieff sont reliés aux centres supérieurs de notre être. Gurdjieff les appelle :

     Le centre émotionnel supérieur 
Le centre intellectuel supérieur

Si ces centres sont fermés ou un trop peu développés, les états de conscience qui les concernent ne peuvent donc fonctionner correctement, bien que ces centres existent en nous tous de façon au moins latente et sont près à tout moment à s’ouvrir pleinement.

L’homme vit donc tout au long de sa vie - et la plupart du temps sans le savoir- gouverné par le sommeil ! Premièrement par l’état de sommeil habituel qui permet entre autre à notre corps de se ravitailler en énergie et deuxièmement mû par cet état de conscience appelé à tort « état de conscience de veille ».

Si l’on se penche sur le fonctionnement habituel de l’être humain moyen et sur la véritable genèse de ses actions, on se rend très vite compte que la plupart de ses pensées et de ses actes ne sont que le résultat d’habitudes, de réactions émotives, de conditionnements, d’inhibitions, d’obligations diverses, et ne procèdent en rien d’une réelle volonté consciente, libre, indépendante et raisonnée.

Selon Gurdjieff, cet état de conscience « robotique » serait plus néfaste que le sommeil en lui-même ! Car le sommeil est un état de conscience passif et subjectif, tandis que le « sommeil éveillé » est un état de conscience objectif et nos actions produites dans cet état entraînent automatiquement des répercussions karmiques.

Dans cet état de vie limité, l’homme ne contrôle donc pratiquement rien. Il n’est que le simple instrument du hasard de l’existence, un simple pantin mal articulé qui fonctionne cahin-caha au gré des courants impromptus se présentant à lui.

De l’homme-robot à la Conscience

Le pouvoir des fonctions psychiques supérieurs ne peut donc être assimilé si l’on n’a pas compris que l’homme possède des facettes psychologiques multiples et des états de conscience supérieurs qui ne demandent qu’à être développés.

D’après Gurdjieff, et ce que nous en dit Ouspensky – fidèle élève et disciple -  il est possible de penser pendant un millier d’années, d’écrire des bibliothèques entières, d’inventer des théories par millions et tout cela dans le sommeil !

Les gens qui circulent dans les rues sont ainsi :
presque tous intérieurement vides.
En réalité, ils sont déjà morts !

L’homme vit donc entre la naissance et la mort dans un état de « mécanicité » et de sommeil permanent. Il vit dans son propre monde subjectif, bercé par ses rêves et ses désirs, et ne peut bien souvent en échapper.

Finalement « l’éveil » n’est possible que si nous le décidons et voulons bien reconnaître les failles de notre nature psychologique et psychique. Pour cela, il faut travailler, lutter contre nos tendances rédhibitoires et ces « tampons » qui nous ramènent sans cesse vers un niveau de vie quelconque.

La foi dans les résultats, la persévérance sont nécessaires. Mais le jeu en vaut la chandelle, car cette voie seule nous permettra de devenir ce que finalement nous devrions être depuis longtemps déjà, c’est-à-dire : un Homme accompli.

ARTICLE: FRANCIS THIRIFAYS

 

 
   

Vous avez un article à nous soumettre? Cliquez ici

   
       
   


 

   
   

 

     
         
   

FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil