FRANCE LECTURE ésotérisme spiritualité voyance
FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil

 

 

 

             Article 13
  
         

 
 
   

 

 
     

 

Pages

1
2 3 4 5
6 7 8 9 10
11 12 13 14
15 16 17 18
19 20 21 22
23 24 25 26
27 28 29 30
31 32 33 34

35 36 37 38
39 40 41
42
43 44 45 46
47 48 49 50


Page suivante

 
 La mémoire chez les mourants

 Mémoire de mourants
A
u dernier moment, la vie tout entière est reflétée dans notre mémoire : elle émerge de tous les recoins oubliés, image après image, un événement succédant à l'autre. Le cerveau mourant déloge les souvenirs avec une impulsion de la dernière énergie et la mémoire restitue fidèlement chacune des impressions qui lui avaient été confiées pendant la période d'activité du cerveau. L'impression, ou la pensée, qui fut la plus intense devient naturellement la plus vive et survit pour ainsi dire à tout le reste qui s'évanouit ensuite et disparaît, pour ne réapparaître qu'en "devachan" ( paradis )...

Aucun homme ne meurt fou ou inconscient — comme l'affirment certains physiologistes. Même un individu en proie à la folie, ou à une crise de delirium tremens, a son instant de parfaite lucidité au moment de la mort, bien qu'il soit incapable de le faire savoir aux assistants. Souvent, l'homme peut paraître mort. Pourtant, après la dernière pulsation, entre le dernier battement de son cœur et le moment où la dernière étincelle de chaleur animale quitte le corps, le cerveau pense et l'Ego passe en revue en quelques brèves secondes l'intégralité de sa vie.

Aussi, parlez tout bas, vous qui vous trouvez près du lit d'un mourant, en la présence solennelle de la mort. Observez surtout le calme dès que la mort aura posé sa main moite et froide sur le corps. Parlez tout bas, de peur de troubler le cours naturel des pensées qui reviennent et d'empêcher l'activité intense du Passé projetant sa réflexion sur le voile du Futur... 

Plus d'une fois, les matérialistes ont fortement condamné de telles affirmations ; d'après eux, la biologie et la psychologie scientifique s'opposent toutes deux à ces idées : la seconde n'ayant aucun élément solide sur lequel appuyer une telle hypothèse, la première rejetant l'idée comme pure « superstition ». En attendant, même la biologie est forcée d'évoluer ; voici d'ailleurs ce que nous venons d'apprendre sur ses dernières découvertes. Le Docteur Ch. Ferré a communiqué tout récemment à la Société de Biologie de Paris une très curieuse note concernant l'état mental des mourants et venant admirablement confirmer les affirmations précédentes. En effet, c'est sur ce phénomène particulier des réminiscences de la vie, et sur la réapparition soudaine sur l'écran blanc de la mémoire d'un défilé d'images surgissant de ses « coins et recoins » négligés et oubliés depuis longtemps, que le Docteur Ferré attire spécialement l'attention des biologistes.
 

Nous mentionnerons ici, pour prouver l'exactitude scientifique des enseignements reçus de nos Maîtres orientaux, cet exemple tel qu'il a été rapporté par ce chercheur. Il concerne un phtisique à l'article de la mort, dont la maladie s'était développée à la suite d'une affection de la moelle épinière. Il avait déjà perdu conscience lorsque, rappelé à la vie par deux injections d'un gramme d'éther, il releva légèrement la tête et commença à parler avec volubilité en flamand, langue que ni lui, ni personne autour de lui, ne comprenait. Quand on lui tendit un crayon et une feuille de carton blanc, il écrivit avec une grande rapidité plusieurs lignes dans cette langue — très correctement, comme on put le vérifier plus tard — puis il retomba en arrière et mourut. Une fois la traduction faite, on s'aperçut qu'il s'agissait d'une affaire tout à fait prosaïque : le mourant s'était soudain souvenu qu'il devait à quelqu'un une somme de 15 francs depuis 1868 — ce qui remontait à plus de vingt ans — et désirait qu'on la remboursât.
 

Mais pourquoi avoir écrit sa dernière volonté en flamand ? Le défunt était né à Anvers, mais il avait quitté son pays encore enfant, sans avoir jamais connu la langue flamande, et comme il avait passé toute sa vie à Paris, il ne savait parler et écrire que le français. De toute évidence, son sursaut de conscience, ce dernier éclair de mémoire qui avait permis de déployer devant lui, comme un panorama rétrospectif, toute sa vie, jusqu'à ce détail insignifiant — l'emprunt de quelques francs à un ami, vingt ans auparavant — n'émanait pas de son cerveau physique seul, mais bien plutôt de sa mémoire spirituelle, celle de son Ego supérieur (que nous appelons Manas, ou l'individualité qui se réincarne). Le fait qu'il parla et écrivit en flamand, langue qu'il avait entendue à un âge où lui-même ne parlait pas encore, en est une preuve supplémentaire. L'EGO est presque omniscient dans sa nature immortelle. Car, en vérité, la matière n'est rien d'autre que « le dernier degré et l'ombre de l'existence ».

 

Texte théosophique (extraits)
 

 
   

Vous avez un article à nous soumettre? Cliquez ici

   
       
   


 

   
   

 

   
         

FRANCE LECTURE ésotérisme
Retour accueil